David Rowland, le créateur de la 40/4

Publié le : 30/03/2018 17:18:19
Catégories : Design et Tendances

Biographie de David Rowland (1924 – 2010)

 

Né en 1924 à Los Angeles en Californie, état dans lequel il suit ses études. Avant le début de la guerre il prend des cours d’art auprès de Laszlo Moholy-Nagy, peintre et photographe hongrois avant-gardiste. Ce dernier, forcé à l’exil  avec l’arrivée des nazis, il s’enfuit aux Pays-Bas puis à Londres et enfin à Chicago, où il fonde l’Institut du Design.

Quand la Deuxième Guerre Mondiale éclate, David Rowland s’engage de 1943-1945 en tant que pilote à la US Air Force et combat aux côtés des alliés en Europe. Cet épisode militaire constitue un élément fondateur de son parcours de designer. Confronté à être assis pendant des heures sur des sièges durs, c’est là que lui vient  sa détermination de créer une chaise utile et confortable.

Une fois la guerre finie, il reprend les bancs de l’école.  Il travaille ensuite auprès de Norman Bel Geddes,  grand designer industriel de l’époque.  Voulant voler de ses propres ailes, il crée sa propre agence de design.

En 1964, la chaise 40/4 remporte le Grand Prix à la 13ème édition de la Triennale de Milan.

Tout au long de sa carrière, il obtient de nombreuses distinctions notamment comme le Gold Award des produits design d’excellence en 1979.  

 

 

 

Histoire de la chaise 40/4

La fameuse chaise 40/4 aux lignes contemporaines et industrielles est l’une des icônes du design du 20ème siècle. Elle est exposée dans les musées du monde entier comme le Museum of Modern Art à New York, le Museu de Arte Moderna de Rio de Janeiro ainsi que le Musée des Arts Décoratifs à Paris.

Mais son succès incontestable aujourd’hui ne l’a pas été à ses débuts. Elle a vu le jour grâce à la ténacité de son créateur. C’est durant son combat en Europe que lui vient l’idée de créer des chaises fonctionnelles et surtout confortables.

Il présente ses premières ébauches à Knoll Associates, l’un des trois fabricants de chaises « modernes » de son époque.  Son projet rejeté à maintes reprises, il décide donc de le repenser. C’est là que voit le jour la chaise empilable par 40 unités. Il fabrique de nombreux prototypes de cette chaise afin de la rendre parfaite. Une fois satisfait du résultat, il représente son projet à Knoll Associates, qui accepte puis abandonne le projet ayant un doute sur sa commercialisation. Ne s’avouant pas vaincu, il présente alors son projet aux japonais, mais un refus s’offre encore à lui. Cependant il ne baisse toujours pas les bras et c’est finalement la General Fireproofing Company of Youngstown qui lance la production.

Quelle histoire pleine de rebondissements pour une chaise aussi célèbre aujourd’hui !

On retiendra cette phrase « That had never been done before » « Cela n’a jamais été fait avant » qui clôture sur cette chaise révolutionnaire.

 

 

 

Partager ce contenu